Musée gallo-romain de Liberchies

Fouilles

Le site fut repéré dès le 19e siècle. Cependant, les recherches au lieudit "Bons Villers" (agglomération) et dans le hameau de Brunehault (fortin), n'ont suscité un véritable intérêt parmi les archéologues que depuis les années 1950.
C'est en 1970 que fut découvert par Pierre Claes le fameux trésor monétaire de Liberchies. En raison de sa grande valeur, il est aujourdhui conservé au Cabinet des médailles de la Bibliothèque royale de Belgique, à Bruxelles. Par ailleurs, le nombre total de monnaies identifiables sur le site est sans égal en Belgique : 4680 ! L'agglomération a également livré la deuxième plus grande concentration d'éléments de parure de la cité des Tongres.


 

Cave Liberchies fouilles

 
Cave d'habitation avec soupirail et niches.


Trésor de Liberchies - monnaies romaines en or Un patrimoine exceptionnel

Le trésor de Liberchies représente une découverte majeure pour le patrimoine archéologique gallo-romain du Nord-ouest européen. Composé de 368 pièces d'or sur lesquelles figurent les portraits de plusieurs empereurs (Néron, Marc-Aurèle...), il s'agit d'un document de référence pour la numismatique antique. D'un poids total de 2,6 kilos, l'ensemble fut caché sous le rez-de-chaussée d'une constructuon vers la fin du 2e siècle.
 
Un trésor unique... Malheureusement pas conservé à Liberchies.


Un demi-siècle de recherches

Au 20e siècle, les campagnes de fouille se sont succédées, nous livrant un panorama complet sur la culture matérielle des habitants et sur le mode de vie civil et militaire de l'époque. Des millions d'objets ont été découverts et des dizaines de structures architecturales ont été dégagées. Jusqu'à présent, c'est l'asbl Pro Geminiaco qui a effectué les plus importantes recherches sur le site.
Régulièrement, le CRAN (Centre de Recherches Archéologiques National - UCL) effectue également des fouilles à Liberchies, afin d'en savoir davantage sur le mode de vie gallo-romain dans nos régions et sur les activités quotidiennes de l'époque.
Mur du castellum à Liberchies
  Fouille d'un mur du castellum, juillet 2009 (CRAN).


Liberchies fouilles 2009 vicusUn potentiel encore inexploré

Dans le vicus, les fouilles sont loin d'être achevées. A l'avenir, les campagnes devraient encore se poursuivre car on ne connaît pas l'emprise totale de la présence gallo-romaine à Liberchies. Les truelles des archéologues dégagent progressivement l'ensemble des habitations enfouies dans le sous-sol. Ainsi, de nouveaux indices permettent chaque année de restituer la disposition des bâtiments et des ruelles de l'agglomération. 
Dégagement des fondations d'un bâtiment du vicus, en juillet 2009 (Pro Geminiaco).

 Menu musée